LA PAIX EN SOI, LA PAIX POUR TOUS…

LA PAIX EN SOI, LA PAIX POUR TOUS…

L’importance de la bienveillance et du pardon !

Combien sommes nous à vouloir la Paix, à la réclamer haut et fort ! À lutter, en mots et en armes contre la guerre ! Combien sommes nous à protester contre l’injustice, à défiler contre l’intolérance, à combattre la violence. Combien sommes nous à dénoncer l’horreur, l’ignominie, la barbarie ?

Et pourtant combien sommes nous en même temps à alimenter ce que nous combattons de toutes nos forces et à nourrir les égrégores de haine, de colères et de violences sans le savoir ! Combien sommes nous à voir l’autre avec ses différences, comme un ennemi potentiel ? Lutter contre quelque chose, c’est un peu comme refuser de le reconnaître et de l’accepter et c’est finalement l’entretenir.

Combien sommes nous à ignorer d’où vient la paix ?

D’où vient la Paix ? Si ce n’est de nous même en tout premier !

Peut-on décemment réclamer la fin des violences, lorsque nous sommes en proie à des luttes intestines ? Peut-on sérieusement condamner les combats, lorsque nous arrivons nous mêmes les armes aux poings, pour faire notre loi ? Peut-on protester contre l’irrespect que l’on nous porte, lorsque nous faisons la même chose ?

Peut-on véritablement prétendre en savoir plus sur la Paix que l’autre, dès lors que nous vivons en nous de véritable guerres internes, des combats sans merci que nous refusons parfois de voir ?

La Paix pour tous, provient forcément de la Paix en Soi. Parce que nous devons vivre les choses avec notre cœur, en nous, pour pouvoir l’installer autour de nous. C’est bien la graine semée dans notre Être, qui fera de beaux fruits, qui à leur tour feront d’autres graines, que le vent emportera et plantera en terre fertile.

Donc si l’on souhaite la Paix, dans notre famille, au travail, dans nos relations, dans notre monde, apprenons à faire la Paix en nous même et avec nous même. Et là, par transfert, par mimétisme, cette Paix tant attendue, se diffusera partout comme par enchantement.

Alors pour faire cette paix, deux choses au moins sont fondamentalement nécessaires :

La Bienveillance et le Pardon !

La bienveillance, cette inclination naturelle qui nous amène à être compréhensif et indulgent avec les autres et à viser leur bien et leur bonheur. Cet état d’esprit que l’on doit enseigner et pratiquer dès le plus jeune age, afin de montrer qu’il existe bien d’autres manières de fonctionner qu’en étant dans la lutte, la compétition, le dénigrement, la condamnation, ou même la simple ignorance. La bienveillance, ce si joli mot qui invite à l’accueil de l’autre, en s’allégeant du poids du jugement, en le regardant simplement, comme une autre expression de soi même.

La bienveillance a besoin d’être accueilli partout, dans les familles, dans les écoles, dans les supermarchés, sur la route, chez le coiffeur, ou le boulanger du coin… Aucun endroit ne doit être oublié par la bienveillance, parce que c’est elle qui permet de grandir et de vivre en confiance, en confiance de soi, et en confiance des autres. La bienveillance est cet engrais indispensable, qui permet la croissance des belles plantes (que nous sommes tous), ce terreau fertile qui fait de belles forêts. La bienveillance est cette vigie silencieuse qui s’invite auprès de nous, afin de nous montrer le juste comportement. Elle est ce sourire, que nous donnons à cette vieille dame inconnue dans la rue, ce mot gentil que nous accordons à la caissière du supermarché, ce regard doux au balayeur de notre quartier, cette écoute et ce partage. Elle est cette gratuité spontanée qui n’a d’autre besoin, qu’une simple attention et qui donne à nos relations une toute autre saveur. Souvenez-vous avant de vous endormir, de cette bienveillance que vous avez reçu, et de celle que vous avez donné. Vous sentirez alors comme quelque chose de fort et de bon qui vous rempli !

A la bienveillance doit s’ajouter le pardon. Parce que même si l’on fait tout pour être dans le juste regard, la juste compréhension, de l’autre et de nous même, il nous arrive de faillir. L’ombre et la lumière étant indissociables. De faillir et de connaître parfois l’oubli des bonnes manières, d’agir contre notre nature profonde et de blesser, ou de se sentir blesser. Le pardon, joue alors le rôle de baume, de calmant, libérateur et sincère, qui nous allège instantanément. Le pardon permet de laisser partir tous les attachements que nous avons mis en place entre nous, dans nos relations conflictuelles. Ces attachements invisibles à l’oeil nu, et qui sont contraires aux lois de l’Amour, nous enchainent à des situations, des blessures et entrainent des fonctionnements qui finissent par devenir récurants, automatiques et qui nous font mal à tous en profondeur. Le manque de pardon finit tôt ou tard par nuire à notre bienveillance, il empoisonne nos relations et finit par nous empoisonner nous même.

Le Pardon vient naturellement de cette prise de conscience que nous sommes tous des victimes de victimes, et que la vérité est propre à chacun. Chacun a son modèle, sa manière d’être, et c’est ainsi que fonctionne la vie et c’est ainsi que la vie est riche !

Cette bienveillance et cette capacité à pardonner qu’il est bon d’avoir pour les autres doit également s’appliquer envers nous même. Etre bienveillant avec soi, se pardonner lorsque c’est nécessaire, est un bon moyen, est le seul moyen, de le faire pour les autres. Charité bien ordonnée commence par soi même, il est important de comprendre que les autres et nous, c’est la même chose… Et il nous est difficile de donner sincèrement aux autres, ce que nous sommes incapables de nous donner à nous même ! D’ailleurs, lorsque nous avons bien du mal à être dans la bienveillance totale avec certains, lorsqu’il nous est impossible de pardonner, allons donc chercher ce qui résonne en nous, et comment ?, et où cela résonne t-il en nous ? Qu’est ce qui fait que cela m’agace au plus au point, que je suis dans la colère et la rancoeur ? Qu’est ce que cet autre me montre de moi ? Se dire chaque matin : Je suis paix et amour, et je vois des licornes qui pètent des arcs en ciel passer devant mes yeux, n’est souvent pas suffisant. Et il faut reconnaître ce qui nous dérange, pour de vrai !

Apprenons donc à être bienveillant et à pardonner. Parce que pour la plupart d’entre nous, n’avons pas grandi avec ces mots ! Au contraire ! Apprenons cela à nos enfants, en cessant d’entretenir la lutte, et de leur faire croire, qu’il faut être dur, pour surmonter une vie dure. Apprenons leur, que la sensibilité, la douceur, la joie, la grâce, l’élégance, ne sont pas réservés qu’à certains, mais devraient être enseigné et partager par tous. Mettons de la tendresse et de l’amour partout. Même si cela fait rire encore. Ne soyons pas non plus des stakhanovistes de la bonne manière et du bien pensant, oubliant ainsi notre humanité. Soyons dans le juste milieu.

Les anciens schémas finissent toujours par changer, c’est une loi fondamentale, et cela fait partie de l’évolution. Et tous ceux qui bousculent les dogmes, qui remettent en cause l’établi en proposant de nouveaux modèles, sont souvent pris pour des fous, des utopistes. Enfin…, au début !

Le pardon et la bienveillance nous apportent la Paix, une paix nécessaire au bien être de tous. Une paix que nous apprenons à cultiver en nous quotidiennement afin de la répandre, autour de nous…

Nathalie Cariot

http://www.ecristavie.fr

Création Web MG Records